vendredi 24 mai 2013

Le lézard méditerranéen est parti sous la pluie...

Moustaki,
le lézard qui jouait de la guitare,
et a déclaré l'état de bonheur permanent.
Ancêtre barbu qui a précédé les soixante-huitards,
puis leur a survécu...
Citoyen du monde avant l’heure,
voyageur immobile et contemplateur nomade,
mais qui a dû se sentir un peu triste de laisser le bassin méditerranéen finalement proche de l’état où il l'avait trouvé...

Espagne, Grèce, Egypte, Palestine.
La chanson n’a pas pris une ride...




EN MÉDITERRANÉE (1971)
Dans ce bassin où jouent
Des enfants aux yeux noirs,
Il y a trois continents
Et des siècles d’histoire,
Des prophètes des dieux,
Le Messie en personne.
Il y a un bel été
Qui ne craint pas l’automne,
En Méditerranée.
Il y a l’odeur du sang
Qui flotte sur ses rives
Et des pays meurtris
Comme autant de plaies vives,
Des îles barbelées,
Des murs qui emprisonnent.
Il y a un bel été
Qui ne craint pas l’automne,
En Méditerranée.
Il y a des oliviers
Qui meurent sous les bombes
Là où est apparue
La première colombe,
Des peuples oubliés
Que la guerre moissonne.
Il y a un bel été
Qui ne craint pas l’automne,
En Méditerranée.
Dans ce bassin, je jouais
Lorsque j’étais enfant.
J’avais les pieds dans l’eau.
Je respirais le vent.
Mes compagnons de jeux
Sont devenus des hommes,
Les frères de ceux-là
Que le monde abandonne,
En Méditerranée.
Le ciel est endeuillé,
Par-dessus l’Acropole
Et liberté ne se dit plus
En espagnol.
On peut toujours rêver,
D’Athènes et Barcelone.
Il reste un bel été
Qui ne craint pas l’automne,
En Méditerranée.




A nous de faire revenir le soleil sur cette foutue planète...

11 commentaires:

  1. Merci pour ton choix.
    Pensées partagées

    RépondreSupprimer
  2. Très bon choix pour un bel hommage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pastelle.. Le choix était difficile, il y a tellement de registres sur lesquels un hommage aurait été servi par une de ces chansons... Les médias s'étant apparemment concentrés sur le métèque, le facteur et ma liberté, j'ai cherché dans une autre direction.
      J'aime beaucoup la chanson "grand-père" qui évoque bien ses racines et son vécu..

      Supprimer
  3. on est bien peu de choses ... ce chanteur poète qui a bercé mon enfance avait presque disparu de ma mémoire et voilà que la mort le remet à l'affiche. Merci pour ce joli texte que je ne connaissais pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, il s'était fait discret à la fin de sa vie, on le voyait à la télé, mais une maladie des bronches avait éteint sa voix déjà assez douce...
      Son oeuvre est à découvrir et redécouvrir, je trouve que contrairement à certaines de ses instrumentations, comme Maxime Le Forestier également et d'autres chanteurs de l'époque, ses textes n'ont pas pris une ride..

      Supprimer
  4. Magnifique !
    Comme j'ai aimé (écouter et chanter) cette chanson, ses chansons, cet artiste, cet homme qui personnifiait la douceur... C'est une tristesse douce son départ, car il ne souffre plus, et a eu une vie remplie de beauté, de bonté, de belle philosophie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Cath

      Comme il disait "nous avons toute la vie pour nous amuser, nous avons toute la mort pour nous reposer..."
      Quant à sa douceur, François Morel racontait sur France Inter que Moustaki aimait à plaisanter sur le fait qu'il avait été surnommé "Monsieur 1 volt" par Eddy Mitchell, ce qui, pour un précurseur de l'écologie et du développement durable tel que Moustaki, ne pouvait être reçu que comme un compliment...
      Françoise Simpère lui rend aussi un bel hommage, intégrant celui, très touchant, de François Morel justement
      http://fsimpere.over-blog.com/article-moustaki-son-oeuvre-nos-vies-118047058.html

      Supprimer
  5. Je l'avais rencontré pour une interview sur l'homéopathie (la douceur même dans sa façon de se soigner...). Belle rencontre qui m'avait inspiré un poème:
    http://fsimpere.over-blog.com/article-les-ami-e-s-de-georges-102542600.html
    C'était un homme qui donnait envie de croire au bonheur... et en distillait dans chaque note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens Françoise de ce texte effectivement.. et je me dis que si vous l'aviez rencontré plus tôt vous auriez sans doute fait quelques bouts de route artistiques, littéraires ou simplement géographiques ensemble, au delà de ce joli moment passé avec lui...
      A-t-il lu vos bouquins? Je suis sûr en particulier que "Aimer plusieurs hommes " ne pouvait que lui parler..

      Supprimer
  6. Bien choisi! J'aime beaucoup
    J'écris un blog à propos de la vie à l'étranger (à Madrid plus précisément), ca serait génial si tu pouvais passer y faire un tour et me laisser ton opinion :) Merci d'avance et bonne continuation!
    http://journeyofalonelybird.blogspot.com.es/

    RépondreSupprimer

Et vous, z'en pensez quoi?